Nouveaux gréements, nouvelles voiles !

Plus un grand voilier navigue, plus les efforts demandés fatiguent et usent le gréement, que ce soit le dormant ou le courant, sans oublier le moteur du navire, les voiles.

Avec près de 20 000 milles nautiques parcourus chaque année, nos deux Challenge 67 sont mis à rude épreuve. D’avril à octobre, leur terrain de jeu s’étend de la Bretagne aux Açores, et en Angleterre. Dès le mois de novembre, ils traversent l’Atlantique et naviguent aux Caraïbes avant de rentrer en Métropole. Autant dire que rien ne leur sont épargnés… Retour sur 3 mois de travail qui nous ont permis de changer l’intégralité du gréement d’Albatros. Dès le mois de septembre, ce sera au tour de Whirlwind.

Gréement courant ou dormant ?

Pour différencier le gréement dormant du gréement courant, comment s’y prendre ? Pour faire simple, le dormant a les deux extrémités fixées à chaque bout. Le courant est mobile (il « court ») car il a une extrémité libre sur laquelle on peut agir.
Le gréement dormant est constitué de tous les câbles qui tiennent le mât et sur lesquels on n’agit pas pendant la navigation : étai, bas-étai, pataras, bas-haubans, galhaubans, inter…
Le gréement courant est composé de tous les cordages mobiles qui servent à régler les voiles et les manœuvres courantes : drisses, bras, écoutes, amures, balancine, hale-bas, bosses de ris…

Et les voiles dans tout ça ?

Les nouvelles voiles de nos Challenge 67 sont en tissu et non en membrane qui ont une durée de vie moindre. Elles sont fabriquées avec du tissu « tissé » qui ont des sens de fibre dans lesquels vous obtenez une résistance maximale. Le retour d’expérience (déjà ancien) a permis aux maîtres voiliers de se rendre compte de la déformation des tissus avec le temps. Ils ont donc orienté les panneaux pour qu’ils travaillent dans le bon axe. Ainsi sont nées les coupes orientées, dites tri radial.

Coupe classique ou Cross Cut

Bien adaptés pour la plupart des voiles d’avant, le principe du cross cut repose sur l’assemblage de laizes de tissu de façon parallèle. Elles ont une coupe avec un léger arrondi qui, lorsqu’on les assemble, crée le creux de la voile. Nos nouveaux jeu de voiles sont des tissus composites développés chez le leader mondial allemand, Dimension Polyant. Ces tissus travaillent de façon quasi uniforme dans tous les axes.

Coupe orientée ou tri radial

Utilisé pour les voiles très sollicitées comme la grand voile, le Yankee 2 arisable et la trinquette, le principe du tri radial est une coupe orientée. Elle permet d’orienter les tissus selon un axe donné. Les laizes partent des trois points (drisse, amure et écoute) et « rayonnent » vers le centre. Les tissus travaillent alors dans le sens de l’effort, optimisant la répartition des efforts à partir des 3 points de fixation.
Ces voiles ont donc moins de déformation dans l’effort et logiquement plus performantes. Plus difficiles à construire, avec plus de couture et de finitions, les voiles triradial sont aussi plus chères !

Travailler en confiance

Vous l’aurez bien compris, tout ce travail demande des investissements importants et du temps. Une relation de confiance et de proximité est donc essentielle pour choisir ses fournisseurs car au delà des aspects technique et financier, nous devons pouvoir compter sur ces partenaires techniques et leurs équipes tout au long de la vie des gréements et des voiles.

Chez CHALLENGE OCEAN nous avons choisi des acteurs à l’expérience reconnue :
– Chef de projet : Hervé LAURENT
– Gréement dormant : Technique Gréement (Jacques ORTAIS)
– Gréement courant : Blew Stoub (Vincent LE ROUX)
– Cordages : Marlow Ropes
– Accastillage : Antal / XPO Antal France (Xavier PHELIPON)
– Tissus : Dimension Polyant
– Dessinateur : Benjamin BIAU
– Voilerie : Sail Solution (Antoine MARTINEAU)

N’hésitez pas à les appeler de notre part, ils devraient vous réserver le meilleur accueil !